La nature : le meilleur terrain de jeu pour apprendre

Il fut un temps où l’éducation à l’environnement se faisait tout naturellement par le contact direct et quotidien avec la nature. Malheureusement, aujourd’hui ce contact avec la nature est devenu rare ! Avec l’urbanisation croissante, et toujours plus vaste, la nature est grignotée de toute part ! L’environnement est modifié, dégradé, pollué. Le dérèglement climatique, modifie en profondeur la nature et le monde ! Sans tomber dans le mélodrame, il me semble important de dire que même si on l’oublie trop souvent (et moi la première), la nature est le meilleur terrain de jeu pour apprendre !

Cet article fait partie d’un carnaval d’articles, organisés par Coline et Rémy du blog petiteschassesautresor.com. dans ce cadre vous trouverez le point de vue de nombreux autres blogueurs qui ont écrit aussi sur le thème “La nature et les apprentissages”, découvrez l’article ici !

La nature : le meilleur terrain de jeu pour apprendre

Notre mode de vie actuel laisse peu de place à la nature. Elle est souvent oubliée, alors qu’elle est essentielle pour le développement de l’enfant.

Que ce soit dans leur capacité à se situer dans le monde, dans le développement de leurs compétences, dans leur culture générale ou dans les plaisirs de la découverte et du jeu, les enfants perdent beaucoup dans ce manque de contact avec la nature !

Qu’un jeune enfant se prenne pour le centre du monde et n’envisage aucune existence en dehors de lui-même, ce n’est pas un défaut, c’est même un stade normal de son évolution. Cela va changer petit à petit.

Le contact avec la nature va l’aider à prendre conscience que :

Il n’est pas tout, mais seulement un élément de l’univers

Le monde de la nature est vivant : il bouge, il change ! Ces éléments interagissent les uns sur les autres. Même les plus petits le sentent. Si vous attirez leur attention sur ce point, cela les aide à comprendre progressivement que notre planète ne vit que grâce à la diversité des éléments qui l’habitent : minéraux et végétaux comme les animaux.

Vote enfant devra se résoudre petit à petit qu’il est une simple partie de ce grand « tout » ! Et qu’il ne peut le maîtriser dans son ensemble. Néanmoins, il faut lui apprendre aussi qu’il a, lui aussi, son importance et son rôle à jouer, avec toutes les forces et faiblesses de l’être humain qu’il est.

La nature : le meilleur terrain de jeu pour apprendre

La nature pour apprendre les limites 

La puissance des éléments comme l’eau, le feu, le vent, dépassent, de loin, la nôtre. Nous ne sommes, évidemment, pas de taille à nous mesurer aux forces naturelles (et encore moins lorsqu’on est enfant). La nature a d’ailleurs, souvent l’occasion de nous rappeler notre vulnérabilité. Dès lors, en tant que parent, nous pouvons apprendre à nos enfants que, même si ces forces n’ont aucune intention de nous nuire, on doit tout de même s’en méfier. C’est l’occasion d’avancer dans le difficile apprentissage des limites.

Cependant, votre enfant va vite s’apercevoir que lui-même détient un pouvoir sur les êtres ou des choses encore plus vulnérables que lui, parce que plus petit et plus inanimée.

Avec notre rythme de vie, on a tendance à oublier que la nature est le terrain de jeu et d'apprentissages le plus simple et le meilleur pour nos enfants !

On ne peut pas reprocher à un bébé d’arracher joyeusement des fleurs ou d’écraser une fourmi en essayant de l’attraper. Néanmoins, on peut lui poser l’interdit et lui en expliquer petit à petit le sens. Prendre conscience de ses pouvoirs et renoncer à en abuser : tout un programme !

L’approche de Maria Montessori :

Pour Maria Montessori, l’éducation doit transmettre la culture, qui permet à l’enfant de devenir un individu entier, adapté à son temps et à son milieu. Pour cela, il doit comprendre le monde qui l’entoure, étudier la vie autour de lui et sentir qu’il en fait partie. Les disciplines comme la géographie, la botanique, la zoologie, le temps et l’espace ; intéressent les enfants et les connectent au monde.

Le contact avec la nature est important pour un développement harmonieux de l’enfant. Offrons-lui des moyens des moments dehors aussi souvent que possible, et accompagnons-le dans ses questionnements pour comprendre le monde et observer la nature. Mieux la connaître l’aidera à la respecter.

« Aucune description, aucune image d’aucun livre ne peut remplacer la vue réelle des arbres dans un bois avec toute la vie qui se déroule autour d’eux. » Maria Montessori, De l’enfant à l’adolescent, Ed. Desclée de Brouwer

La nature : le meilleur terrain de jeu pour apprendre

Les 5 étapes de l’enfant dans sa découverte de la nature

Maria Montessori a insisté sur l’importance d’aider l’enfant à comprendre le monde naturel. Elle distingue cinq étapes progressives :

1) L’observation de la découverte.

L’enfant a 2 ans s’assied et observe les petites bêtes. Il détache les pétales des fleurs et s’intéresse aux réactions des animaux quand il les touche. Nous pouvons stimuler simplement son intérêt.

 le meilleur terrain de jeu pour les apprentissages

2) Soins et responsabilités

L’enfant réalise que les animaux et les plantes de la maison dépendent de nous. Il va vouloir participer à leurs soins. Permettant-lui de faire et donnant-lui des petites responsabilités (nourrir le chat, arroser les plantes). 

3) Fonctionnement et prédictions

L’enfant comprend peu à peu le fonctionnement du monde naturel, et apprend à prédire. Il peut maintenant attendre patiemment que les bulbes du jardin pointent à la fin de l’hiver. Encourageons-le à examiner de nouveaux processus et à faire de nouvelles prédictions.

4) Interdépendance

L’enfant a développé une grande connaissance de la nature, il a grandi et peut l’aimer et la respecter. Nous pouvons lui expliquer l’interdépendance des êtres vivants, et des notions telles que la chaîne alimentaire ou le fait que la vie dépendent de l’eau et de l’oxygène présents sur terre.

5) Culture et contrôle

Finalement, l’enfant réalise que l’homme a le pouvoir de cultiver et contrôler la nature pour répondre à ses propres besoins. Nous lui expliquons la nécessité de préserver l’environnement et les espèces, et insistons sur le fait que la nature est fragile et peut facilement être détruite.

À chaque étape Maria Montessori pensait qu’il était très important que l’adulte cultive chez l’enfant une attitude prévenante envers la nature, pour aujourd’hui et pour les générations futures.

Ces propos sont extraits du livre : 100 activités Montessori pour découvrir le monde, de Eve Hermann

À chaque âge ses découvertes de la nature

Avant l’âge de 3 ans, on ne peut pas parler de découverte de l’environnement encore moins d’éducation écologique. Mais on «prépare le terrain » en douceur, sans s’acharner à vouloir donner aux jeux une portée constructive.

Les rois de la Patouille

jouer sans jouet

Laissez votre petit partir à la découverte, faire ses propres expériences, se faire ses propres expériences. Il fait connaissance avec les choses par le toucher. Cela suppose une grande tolérance par rapport à la saleté. Permettez lui de se barbouiller de terre, d’attraper les bestioles qui ne sont pas dangereuses… Il aura moins facilement des réactions de répugnance, ce qui est un atout.

Jouer sans jouet

Après trois ans, même si la découverte reste essentiellement sensorielle, les jeux deviennent plus structurés. Mais un des points forts des jeux « nature », c’est qu’ils apprennent à se passer de jouet. On peut fort bien se débrouiller avec les moyens du bord. Les imaginations fertiles vont trouver la matière à s’exercer.

“Nature” rime aussi avec “culture”

Peu à peu vous pourrez accompagner vos jeux de découverte de commentaires. Avec les plus jeunes, on raconte. Avec les plus grands, on explique. La conversation accompagne la cueillette de fleurs ou le ramassage de coquillages, la contemplation d’une tempête, d’un coucher de soleil, de vaches dans un champ… Elle peut se poursuivre autour de livres, dans lequel vous trouverez ensemble l’explication des phénomènes observés, ou le nom et les caractéristiques des espèces rencontrées. Peu importe que votre enfant retienne ou non les infos reçues. Vous lui en donnez le goût et c’est essentiel. La connaissance de la nature fait également partie de la culture générale. Et elle procure des joies quasi inépuisables, gratuites, qu’il pourra partager tout au long de sa vie.

1-3 ans : tous les sens en éveil

5 jeux nature pour les 1-3 ans

C’est d’abord à travers leurs sens que les jeunes enfants découvrent le monde. D’abord, ils reniflent tout ce qui passe à portée de nez et le moindre son les enchante. Ils pousseraient aussi volontiers leurs investigations dans la dans le domaine du goût, si la prudence n’obligeait pas les parents à les en dissuader. Pourtant c’est bien le sens du toucher qui leur procure le plus de plaisir : palper, malaxer, ils adorent ! Ainsi, ils se lancent avec enthousiasme dans tous les jeux sensorie

L’observation, en revanche, n’est pas leur point fort. C’est donc encore un peu tôt pour les vrais jeux de découverte. Néanmoins, vous pouvez déjà leur faire admirer les fleurs, le ciel ou la lune… Mais contentez-vous de brèves explications, afin de ne pas les lasser.

À cet âge, tous les enfants se passionnent pour les jeux de transvasement et d’assemblage. Usez et abusez de tous les éléments naturels. Par exemple, proposez-leur du sable, des branches, des galets ou encore de l’eau.

Pour découvrir 5 jeux nature à faire avec les bébés de 1 à 3 ans, cliquez-ici !

 

3-5 ans : curieux de nature

7 jeux nature pour les 3-5 ans

Solidement campés sur leurs deux jambes, les petits ont acquis un équilibre et une agilité qui leur permet maintenant des explorations quasi tout-terrain. Sous votre surveillance naturellement, car ils n’ont pas encore le sens du danger et leur vigilance se relâche quand ils sont absorbés par un jeu.

D’ailleurs, côté motricité fine, les performances se sont aussi beaucoup améliorées. Ils vont pouvoir prendre une part active aux jeux de création « nature » imaginés avec eux. Leur sens de l’observation s’est affiné. Ils commencent à avoir quelques connaissances et ont assez de mémoire pour les enregistrer. Et puis, surtout, ils parlent ! C’est l’âge de tous les “pourquoi” ? Préparez-vous à répondre à une avalanche de questions.

Donc, mettez à profit cette curiosité tous azimuts pour initier votre enfant au rythme des jours et des saisons et aux immuables lois de la nature.

 

Découvrez 7 jeux nature à faire avec les 3-5 ans, ICI.

5-6 ans : l’esprit d’aventure

10 jeux nature à partir de 5 ansEntre 5 et 6 ans, les enfants débordent d’imagination ! Ils découvrent alors qu’on peut, sans jouet, créer un monde fantastique et vivre de formidables aventures. À cet âge, ils jouent ensemble en toute autonomie. Ils commencent même à savoir régler les tensions sans l’intervention des adultes.

Désormais, on peut leur proposer des jeux de groupe structurés, avec des objectifs et des enjeux qui comprendront fort bien. Mais dont les parents doivent rester les organisateurs et, au besoin, les arbitres.

Ces jeux vont alimenter leur observation de la nature, car c’est la période où ils sont très curieux des mécanismes. Ils aiment effectivement savoir « comment ça marche ». Les enfants enregistrent déjà bien les connaissances acquises. Or, à 5-6 ans, ils peuvent aussi comprendre le pourquoi des interdits : votre éducation au respect de l’environnement ne tombera pas dans l’oreille d’un jeune sourd !

10 jeux nature à faire avec les 5-6 ans, à découvrir ici.

 

J’espère que cet article vous aura donné envie de revenir à la source “mère nature” et d’en faire profiter vos enfants et toute votre famille. Quelle va être votre prochaine action ou votre prochain jeu pour vous rapprocher de la nature ? Que faites-vous déjà avec vos enfants ? Dites-le moi dans les commentaires 😉

Recherches utilisées pour trouver cet articlela nature de pour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.